Hou Hsiao-Hsien

HHHAprès des études de cinéma à l’Académie nationale d’art de Taïwan, Hou Hsiao-Hsien débute comme assistant-réalisateur, notamment auprès de Li Hsing. En 1980, il réalise son premier long métrage, Cute Girl, qui remporte un franc succès en salles. En 1984, Les garçons de Fengkuei marque un nouveau départ dans sa carrière. Primée au Festival des 3 Continents, cette chronique aux accents autobiographiques est le fruit de sa collaboration avec Chu Tien-Wen, qui deviendra sa scénariste fétiche. Il complète ce film par trois autres œuvres très personnelles, largement inspirées de son vécu : Un Été Chez Grand-Père (1984), Un Temps Pour Vivre, Un Temps Pour Mourir (1985) pour lequel il décroche le Prix de la Critique Internationale au Festival de Berlin, et enfin Poussières dans le Vent (1986). En 1989, le réalisateur reçoit le Lion d’or à Venise pour La Cité des douleurs. Cette fresque politique ouvre une trilogie sur l’Histoire de Taïwan, qui se poursuivra avec

Le Maître des Marionnettes (Prix du Jury au Festival de Cannes en 1993) et Good Men, Good Women (1995). Co-auteur de Taipei Story de son compatriote Edward Yang (dans lequel il joue le rôle principal), producteur d’Épouses et Concubines de Zhang Yimou, Hou Hsiao-Hsien fait le portrait des courtisanes du XIXe siècle dans l’envoûtant Les Fleurs de Shanghai (1998), mais peut aussi dépeindre le Taïwan d’aujourd’hui, comme dans Goodbye South , Goodbye (1997) ou Millennium Mambo (2001), une œuvre hypnotique qui révèle au public occidental la comédienne Shu Qi. Après un détour par le Japon avec Café Lumière (2003), film-hommage au maître Ozu Yasujiro, Hou Hsiao-Hsien, cinéaste du fragment, du souvenir et de la sensation, conte trois histoires d’amour, situées à trois époques différentes, dans Three Times (2005), un film ambitieux qui marque sa sixième venue en compétition au Festival de Cannes.

Deux ans plus tard, il réalise le court métrage The Electric Princess House à l’occasion du 60ème anniversaire du Festival de Cannes, en collaborant avec une trentaine de grands réalisateurs pour le film collectif Chacun Son Cinéma. En 2008, le cinéaste présente Le Voyage du ballon rouge à Cannes dans la Sélection Un Certain Regard – librement inspiré du film d’Albert Lamorisse et interprété par Juliette Binoche.

La distinction de son cinéma attire l’attention de plusieurs documentaristes dont Olivier Assayas qui lui consacre son H H H, Portrait De Hou Hsiao-Hsien (2005). Il est également contacté par Todd McCarthy pour parler de l’un des plus grands cinéphiles de l’Histoire dans Pierre Rissient : Homme de cinéma (2010), puis par Jia Zhang-Ke pour partager ses souvenirs de la ville de Shanghai et ses bouleversements dans I Wish I knew, Histoires de Shanghai (2011).

Autres films : 2015 The Assassin

2011 10 +10 ( segment « La belle époque ») 1987 La fille du Nil

1983 L’homme-sandwich 1982 Green, Green Grass of Home

1981 Cheerful Wind

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s