YimouZhang Yimou (chinois simplifié : 张艺谋 ; chinois traditionnel : 張藝謀 ; pinyin : Zhāng Yìmóu) est un réalisateur chinois né le 14 novembre 1951 à Xi’an, en Chine. Il est issu d’une famille proche du Kuomintang. À partir de la Révolution culturelle en 1966, Zhang Yimou, contraint d’arrêter ses études, part travailler trois ans dans une ferme puis sept ans dans un atelier de tissage. Durant cette période, il poursuit une activité de peintre et de photographe amateur.

À la réouverture de l’Université de cinéma de Pékin en 1978, il tente, à 27 ans, de s’inscrire dans la filière « réalisation » mais il dépasse l’âge limite d’admission. Devant son opiniâtreté, le bureau du Ministère culturel accepte de l’admettre dans la section « prise de vue ». Il sort diplômé de la faculté en 1982, comme Chen Kaige et Tian Zhuangzhuang (eux en « réalisation »). Tous trois sont considérés comme les chefs de file de la « cinquième génération », groupe de cinéastes chinois ayant étudié le cinéma après la Révolution culturelle et qui, influencés par la Nouvelle Vague française, osent revendiquer plus de liberté dans leur création puis évoquer l’héritage maoïste de manière critique.

En tant que directeur de la photographie, il travaille avec Chen Kaige sur ses deux premiers films : Terre jaune et La Grande Parade.

En 1987, il réalise son premier long métrage Le Sorgho rouge (adaptation du Clan du sorgho de Mo Yan) qui remporte l’Ours d’or au Festival de Berlin en 1988.

L’actrice Gong Li, avec qui il a une liaison jusqu’en 1995, joue dans ses sept premiers longs métrages et tourne à nouveau sous sa direction dans la shakesperienne Cité interdite en 2006.

Zhang Yimou réalise de nombreux films importants, pour la plupart des fresques marquées par la grande beauté des images et par la critique sous-jacente des modèles historiques chinois (la féodalité impériale, la Révolution culturelle, la République de Deng Xiaoping…). Judou, Épouses et concubines, Qiu Ju, une femme chinoise et Vivre ! le font connaître en Occident et lui permettent de gagner de nombreux prix dans les festivals internationaux, même s’il rencontre fréquemment des ennuis avec la censure.

Ses films se caractérisent également par une esthétique exotique, propre à émerveiller les spectateurs par la magnificence des décors et des costumes. Ils dénotent un soin minutieux apporté à la composition des cadres, la mise en espace des personnages et au rythme narratif, souvent lent et posé.

Voguant sur le renouveau du wu xia pian, lancé par Tigre et Dragon, il réalise Hero où les plus grandes stars du cinéma de Hong Kong sont réunies. Le film est un succès international. Il s’agit d’un tournant dans la carrière du cinéaste qui délaisse le cinéma d’auteur pour s’inscrire dans le grand spectacle mâtiné d’effets spéciaux avec ensuite Le Secret des poignards volants et La Cité interdite.

Lors de la Mostra de Venise 2007 il est le président du jury des longs-métrages.

Il est choisi pour concevoir le spectacle de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’été de 2008 à Pékin. Il succède à Steven Spielberg à ce poste, après le retrait de ce dernier (pour protester contre le non-respect des droits de l’homme dans ce pays et contre l’implication du régime de Pékin dans la guerre civile au Darfour).

En décembre 2013, un scandale national éclate en Chine lorsqu’on apprend que Zhang Yimou a eu trois enfants avec sa femme. La loi n’autorisait qu’un enfant unique depuis les années 1980 et commençait à s’ouvrir à un deuxième enfant. Il est de ce fait condamné à une lourde amende. Son film Coming Home, pressenti pour représenter la Chine aux Oscars, est finalement retiré.

Filmographie :

1987 : Le Sorgho rouge (红高粱, Hong Gao Liang)

1989 : Ju Dou (菊豆, jú dòu)

1989 : Opération jaguar (代号美洲虎 Dai hao mei zhou bao)

1991 : Épouses et Concubines (大红灯笼高高挂, Da hongdenglong gaogao gua)

1992 : Qiu Ju, une femme chinoise (秋菊打官司, Qiu Ju da Guansi)

1994 : Vivre ! (活着, huózhe)

1995 : Shanghai Triad (摇啊摇,摇到外婆桥, Yao a yao yao dao waipo qiao)

1997 : Keep Cool (有话好好说, You hua hao hao shuo)

1999 : The Road Home (我的父亲母亲, Wo de fu qin mu qin)

1999 : Pas un de moins (一个都不能少, Yi ge dou bu neng shao)

2000 : Happy Times (幸福时光, Xingfu Shiguang)

2002 : Hero (英雄, yīngxióng)

2004 : Le Secret des poignards volants (十面埋伏, Shi mian mai fu]

2005 : Riding alone : Pour un fils (千里走单骑 , Qian li zou dan qi)

2007 : La Cité interdite (满城尽带黄金甲, Man cheng jin dai huang jin jia)

2009 : A Woman, a Gun and a Noodle Shop (三枪拍案惊奇, Sānqiāng Pāi’àn Jīngqí)

2010 : Sous l’aubépine (山楂树之恋, Shan zha shu zhi lian)

2011 : The Flowers of War (金陵十三釵, jīnlíng shísān chāi)

2014 : Coming Home (歸來, guīlái)

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s